Le parcours de mon arrière-grand-père au 3e régiment de zouaves à la fin du XIXe siècle

Mon arrière-grand-père, Maurice Arsène OGIER (1866-1923), s’est engagé volontaire à l’âge de 19 ans. Il est tout de suite envoyé à Constantine, dans le 3e régiment de zouaves.

Les origines

Né à Montferrand-le-Château (Doubs) en 1866, il a suivi sa famille dans son déménagement depuis la Franche-Comté vers la ville de Givors, dans le Rhône. Ses parents, Maurice Alexandre Ogier et Rose Chapuis, se sont en effet mariés en Haute-Saône, à Passavant-la-Rochère, commune qui possède la plus ancienne verrerie de tradition de France, fondée en 14751. Le père exerçait la profession de tailleur de verre. On peut imaginer qu’il a émigré de Haute-Saône avec sa famille pour travailler dans les verreries de Givors, qui étaient également en pleine expansion à l’époque.

Passavant-la-Rochère, la Verrerie et l’Étang

La famille déménage entre 1881 et 1886. Arsène, à 19 ans, décide de se porter volontaire pour un service militaire qui durait 5 ans à l’époque. A Givors, il est incorporé à compter du 15 Février 1886 comme engagé volontaire dans le 3e régiment de zouaves. Il arrive au corps le 21 Février 1886, sous le numéro matricule 8630.

Le 3e régiment de zouaves

Les zouaves étaient des unités françaises d’infanterie légère appartenant à l’Armée d’Afrique.
Le corps des zouaves fut créé lors de la conquête de l’Algérie par l’incorporation de soldats kabyles, le nom de zouave vient d’ailleurs de la déformation du nom d’une de leurs tribus2.
L’uniforme des zouaves, inspiré de la tenue traditionnelle masculine algérienne, est fixé en 1831 et ne changera pratiquement pas jusqu’en 1962.

Un zouave, aquarelle de 1888

Un zouave, aquarelle de 1888

Le 3e zouaves était cantonné à Constantine, dans la caserne de la Casbah.

Si le 3e zouaves s’était illustré dans le passé à Sébastopol, en Italie et au Mexique, la période 1886-1891 apparaît plus tranquille. Entre 1893 et 1897, des troupes sont tout de même envoyées en expédition au Tonkin, mais mon arrière-grand-père n’en fait pas partie. Il accomplit des opérations de maintien de l’ordre d’ampleurs diverses en Algérie.

Deux sergents du 3e zouave portant le chèche pour le premier et la chéchia pour le second, par le photographe Boutellier à Constantine.

Deux sergents du 3e zouave portant le chèche pour le premier et la chéchia pour le second, par le photographe Boutellier à Constantine.

Le drapeau du 3e zouaves en 1897. Photo Soler (Tunis)

Le drapeau du 3e zouaves en 1897. Photo Soler (Tunis)

Détail du registre matricule

Certains départements, notamment le département du Rhône qui m’intéresse ici, ont numérisé et mis en ligne les registres matricules des soldats. C’est une excellente nouvelle car ces registres sont de vraies mines d’or !

Fiche matricule de Maurice Arsène OGIER

Extrait de la fiche matricule de Maurice Arsène OGIER

Sur le registre matricule de mon arrière-grand-père, on constate premièrement qu’il est passé caporal en janvier 1887, puis rétrogradé “zouave de 2e classe” en Mai de la même année. Impossible de savoir ce qu’il s’est passé pendant ces cinq mois (l’Armée n’archivait pas les détails de la vie militaire des simples soldats), mais on peut facilement imaginer un comportement qui a déplu à ses supérieurs.

On lit aussi que le certificat de bonne conduite lui est refusé. D’après l’excellent site “combattant.14-18”, la mention « refusée » n’est pas si fréquente, seuls 1 à 2% des hommes d’une classe sont concernés.

Il est d’ailleurs fait mention de l’article 41 de la loi du 15 juillet 1889. Voici le contenu de cet article :

Ne compte pas pour les années de service exigées par la présente loi dans l’armée active, la réserve de l’armée active et l’armée territoriale, le temps pendant lequel un militaire de l’armée active, un réserviste ou un homme de l’armée territoriale a subi la peine de l’emprisonnement en vertu d’un jugement, si cette peine a eu pour effet de l’empêcher d’accomplir, au moment fixé, tout ou partie des obligations d’activité qui lui sont imposées par la présente loi ou par les engagements qu’il a souscrits. Ces individus seront tenus de remplir leurs obligations d’activité, soit à l’expiration de leur peine s’ils appartiennent à l’armée active, soit au moment de l’appel qui suit leur élargissement s’ils font partie de la réserve de l’armée active ou de l’armée territoriale. Toutefois, quelles que soient les déductions de service opérées, les hommes qui en sont l’objet sont rayés des contrôles en même temps que la classe à laquelle ils appartiennent.

Il semblerait qu’Arsène ait dû subir une peine d’emprisonnement (pour insubordination ?).

On lit plus loin l’expression : “Dispensé 6% en 1900”. Toujours sur le site “combattant.14-18”, on apprend que la “dispense 6%” indique que 6% des réservistes de chaque corps d’armée pouvaient être dispensés d’une période d’exercices car « soutiens indispensables de famille ». Cette dispense peut se trouver dans les trois périodes.”

Et en effet, en 1900, Arsène avait déjà 3 enfants et en attendait un 4e (le couple en aura 8 en tout).

On apprend enfin qu’en 1906, il dut effectuer une période d’exercices de 3 jours dans le service de Garde des Voies de Communication (GVC). Ce service assurait la sécurité des lignes de chemins de fer, mais aussi des canaux, des réseaux télégraphiques et téléphoniques nécessaires aux besoins des armées. Voici un exemple d’uniforme porté par ces soldats.

Notes

1. La verrerie “La Rochère” employait 50 salariés en 1835, 185 salariés à la fin du XIXe siècle, et jusqu’à 250 aujourd’hui. 
2. Le terme zouave vient du berbère zwava qui est le nom d’une tribu kabyle. 

Sources et liens pour en savoir plus

Publicités

3 réflexions sur “Le parcours de mon arrière-grand-père au 3e régiment de zouaves à la fin du XIXe siècle

  1. Pingback: Le parcours de mon arrière-grand-p&egrav...

  2. Pingback: Récit d’une enquête généalogique (2/4) | Des Aïeux et des Hommes

  3. Pingback: Récit d’une enquête généalogique (3/4) | Des Aïeux et des Hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s