Récit d’une enquête généalogique (1/4)

La “ligne de vie par rameau”

Dans cette série d’articles, je vais vous présenter le parcours de plusieurs ancêtres faisant partie de la même branche de mon arbre. J’en profiterai pour vous indiquer quelques pistes méthodologiques permettant de contourner les incertitudes, les blocages et les “erreurs de débutant”, toutes ces péripéties qui font de la recherche en généalogie une quête si palpitante !

Voici les individus dont j’évoquerai le parcours dans les 3 billets suivants (de gauche à droite dans le diagramme ci-dessous) :

Branche de l'arbre MÉTRAL / MILLET (réalisé avec yED)

Branche de l’arbre MÉTRAL / MILLET (réalisé avec yED)

[EDIT du 14/09/2014] j’ai mis à jour le diagramme de l’arbre car j’ai retrouvé aujourd’hui 3 autres enfants du couple MILLET / PIOT, dont 2 décédés en bas âge !

Aïe, une première épine

Au commencement de cette recherche était Marie Françoise MILLET mon arrière-grand-mère du côté maternel. Son acte de naissance du 5 décembre 1870 nous apprend que ses parents, Claude MILLET et Françoise MÉTRAL ne sont pas mariés, mais c’est pourtant bien le père qui vient déclarer la naissance :

[…] est comparu M. Claude Millet, âgé de 44 ans, profession de journalier, demeurant à Feyzin, lequel nous a présenté un enfant du sexe féminin né le jour d’hui à 6h du matin à Ternay quartier de Flévieux enfant naturel de lui déclarant et de Métral Françoise veuve de Mermet Claude, âgée de 38 ans, profession de journalière domiciliée à Ternay auquel enfant le dit comparant a déclaré donner les prénoms de Marie Françoise.

Un enfant naturel, en généalogie, c’est comme une petite épine dans le pied : on peut continuer à avancer, mais on souffre un petit peu quand même ! C’est aussi ce qui fait le sel de cette passion : on sort du schéma classique “Naissance-Mariage-Décès”. Parmi les ancêtres qui s’amoncellent dans notre arbre, un enfant naturel est forcément un individu sur lequel on aura un peu plus envie de s’attarder.

Dans mon cas, Claude MILLET se déclarant père de l’enfant, je peux tout de même continuer à remonter cette ascendance Millet. Il me manque simplement un acte de mariage duquel j’aurais pu tirer de précieux renseignements, ainsi que des informations sur le temps qu’a duré leur relation.

LEÇON N°1 : Savoir se contenter du peu d’informations disponibles pour en tirer la substantifique moelle.

La chance tourne !

Du côté de Françoise Métral, après avoir cherché pendant de longs mois la commune où elle est née, je suis sauvée par un membre de Geneanet qui prend contact avec moi. Il cherche les descendants de mon arrière-grand-mère, je cherche ses ascendants : nous sommes faits pour nous entendre ! C’est ainsi que je découvre que la famille MÉTRAL est originaire de Quintal, en Haute-Savoie !

LEÇON N°2 : Publier son arbre sur des sites généalogiques communautaires permet de débloquer certaines situations.

Organisons-nous !

Arrivés à cette étape, repenchons-nous sur des articles de blog parus il y a quelque temps :

La “ligne de vie”, c’est vrai, c’est à la mode, mais cela a surtout fait ses preuves dans la résolution d’énigmes généalogiques si j’en crois ces témoignages ici ou .

Comment faire ?

Le logiciel que j’utilise (Heredis 2014 Mac) permet déjà de retracer chronologiquement les évènements concernant un individu (cf image ci-dessous), malheureusement, pas de chronologie parallèle possible…

Copie d'écran Hérédis : ligne de vie de Françoise Métral (à noter que cet écran présente un bug :  il crée une  ligne “Mariage avec MILLET Claude”, sans date, alors que j'ai bien spécifié qu'il s'agissait d'une union libre)

Copie d’écran Hérédis : ligne de vie de Françoise Métral (à noter que cet écran présente un bug : il crée une
ligne “Mariage avec MILLET Claude”, sans date, alors que j’ai bien spécifié qu’il s’agissait d’une union libre)

Pour des cas compliqués comme celui-ci, ce n’est pas suffisant. J’ai besoin de visualiser côte à côte les étapes des individus concernés pour me situer dans un cadre plus large.

J’ai donc préféré adapter le modèle d’Élise de la « ligne de vie par couple » à mon cas particulier. J’ai rajouté la mère de Claude MILLET qui a aussi un parcours compliqué ainsi que la fille du couple MILLET / MÉTRAL.

Enfin, j’ai baptisé ce superbe (!) document : la ligne de vie par rameau.

Ligne de vie par rameau Métral / Millet

Ligne de vie par rameau Métral / Millet

LEÇON N°3 : Il ne faut pas hésiter à lever le nez de son logiciel de généalogie et à utiliser ce bon vieux Excel quand les évènements sont trop imbriqués.

Au final, dans mon document Excel, j’ai maintenant à disposition tous les évènements découverts concernant les individus suivants :

  • Françoise MÉTRAL (sosa n°27) : 3 conjoints et 4 enfants,
  • Claude MILLET (sosa n°26 ) : 2 conjoints et 7 enfants,
  • entre les deux, la mère de Claude MILLET, Marie MILLET (sosa n°53), qui eut 3 conjoints différents mais pour laquelle je n’ai réussi à identifier qu’un enfant,
  • et à droite, Marie Françoise MILLET (sosa n°13), mon arrière-grand-mère, que j’ai intégré dans le tableau uniquement pour garder un œil sur ses “grandes dates” (NMD).

Ligne de vie géographique

Pour finir, et comme je suis passionnée par la cartographie, je trouve toujours intéressant d’avoir une représentation géographique des déplacements des individus que l’on étudie. Voici une carte que j’ai rapidement réalisée avec Google Maps Engine :

LEÇON N°4 : Ne pas s’enfermer dans une recherche purement temporelle.

Conclusion

Dans le prochain billet, je vous conterai la vie de Françoise MÉTRAL, mon arrière-arrière-grand-mère, partie de Haute-Savoie pour la région lyonnaise, ayant eu 4 enfants de 3 pères différents, et ayant, pour l’un de ses enfants, accouché le jour même de ses noces…

Affaire à suivre 🙂

Liens

Publicités

9 réflexions sur “Récit d’une enquête généalogique (1/4)

  1. Quelle belle trouvaille que cette ligne de vie par rameau, si tu le permets j’adopte… ! par ailleurs je suis intéressée par Google maps engine, si tu peux nous faire un article sur l’utilisation de celui-ci cela m’intéresse également ; enfin si tu trouve des métral en parenté avec des lafaverges du challonges en savoie là cela m’intéresse encore plus…. 😉

    J'aime

  2. Très bon article qui rappelle que la persévérance est mère de la passion généalogique. Et merci pour la mention de mon article ☺
    Benoît de MesRacinesFamiliales

    J'aime

  3. Merci Benoît !
    « La persévérance est mère de la passion généalogique » => c’est tout à fait ça ! La preuve, j’ai trouvé aujourd’hui même 3 nouveaux enfants de Claude MILLET dont je parle dans l’article. Cela montre aussi que tenir un blog nous incite à pousser toujours plus loin nos recherches…
    ++
    Claire

    J'aime

  4. Pingback: Récit d’une enquête g&eacute...

  5. Je suis admirative devant une telle organisation ! Bravo pour cette ligne de vie par rameau, je ne vais pas l’adopter car je suis allergique à Excel, mais je m’en inspirerai peut-être autrement…

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire !
      Dans l’absolu, Excel n’est qu’un support, tu peux faire la même chose avec un crayon et un papier, il suffit de bien prévoir l’espacement entre les années pour pouvoir insérer les nouveaux évènements que tu ne manqueras pas de découvrir.
      En espérant t’avoir été utile…

      ++
      Claire

      J'aime

  6. Pingback: Récit d’une enquête généalogique (2/4) | Des Aïeux et des Hommes

  7. Pingback: Récit d’une enquête généalogique (4/4) | Des Aïeux et des Hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s