Qui a volé la Vierge miraculeuse de Chalain-le-Comtal ?

Voici la suite des aventures de mes ancêtres PEYRON à Chalain-le-Comtal (Loire) avec cette histoire tout à fait insolite.

Résumé des épisodes précédents :

  1. L’aubergiste et le curé
  2. La famille Peyron à Chalain-le-Comtal
  3. Le cahier de doléances

Le village de Chalain-le-Comtal, dans la plaine du Forez, est situé à 9 km de Montbrison. Le cimetière communal, désaffecté en 1743 puis remis en usage en 1883, abrite une chapelle qui sort de l’ordinaire : pendant le Moyen-Âge et jusqu’au XIXe siècle, un pèlerinage y amène de nombreux fidèles1. Ils viennent demander à Dieu, par son intercession et celle de saint Guy, la guérison des enfants épileptiques, en retard pour marcher… On fait aussi la lessive des enfants malades dans une source proche. Sa construction date des débuts du XIIIe siècle.

Chapelle de Notre-Dame des Anges, Chalain-le-Comtal  (Illustration : Roger Faure, source : Supplément au n°63 de Village du Forez, 1995)

Chapelle de Notre-Dame des Anges, Chalain-le-Comtal
(Illustration : Roger Faure, source : Supplément au n°63 de Village du Forez, 1995)

Lire la suite

Tutoriel : cartographier les soldats indexés sur Mémoire des Hommes

Je participe, à mon modeste niveau, à l’indexation collaborative des poilus Morts Pour La France sur le site Mémoire des Hommes. Je vous propose aujourd’hui un tutoriel rapide permettant de cartographier les lieux de décès des poilus indexés.

Carte Google My Maps géolocalisant les lieux de décès des poilus indexés dans mon fichier.  Les pictos les plus clairs représentent les classes de mobilisation les plus anciennes.

Carte Google My Maps géolocalisant les lieux de décès des poilus indexés dans mon fichier.
Les pictos les plus clairs représentent les classes de mobilisation les plus anciennes.

Lire la suite

Ma lignée cognatique

Comme plusieurs généablogueurs (par exemple Benoît Petit ou Frédéric Pontoizeau), je n’ai pas résisté au plaisir de remonter mon ascendance par les femmes, autrement dit ma lignée cognatique. J’ai aimé cette succession de noms de famille bien marqués dans leur territoire (essentiellement le département de la Loire). J’ai aimé réfléchir à leurs destinées, le nombre de leurs grossesses, leurs veuvages précoces, elles qui sont malheureusement souvent transparentes dans nos recherches généalogiques.

Sur cette lignée cognatique, je remonte jusqu’à la 11e génération (sosa n°2047), vers une certaine Élisabeth VIALIN qui a vécu au début du XVIIIe siècle dans le Puy-de-Dôme. Son mari, Pierre BISCARAT est originaire de la Lozère (Le Buisson). Lire la suite

Le cahier de doléances de Chalain-le-Comtal

  1. L’aubergiste et le curé
  2. La famille Peyron à Chalain-le-Comtal
  3. Le cahier de doléances
  4. Qui a volé la Vierge miraculeuse de Chalain-le-Comtal ?

Voici un extrait du cahier de doléances de la commune de Chalain-le-Comtal dans lequel mon ancêtre Claude PEYRON (1745-1792), sosa n°504, apparaît :

Cahiers de doléances de la province de Forez

députés de Chalain-le-Comtal : Claude Péron, Jean Recorbet, laboureurs

dans le PV de l’Assemblée préliminaire du Tiers-Etat de Montbrison du 9 mars 1789. Lire la suite

La famille Peyron à Chalain-le-Comtal

  1. L’aubergiste et le curé
  2. La famille Peyron à Chalain-le-Comtal
  3. Le cahier de doléances de Chalain-le-Comtal
  4. Qui a volé la Vierge miraculeuse de Chalain-le-Comtal ?

Dans mon précédent article, je vous présentais les notes que l’abbé Valendru avait tenues sur la paroisse de Chalain-le-Comtal (Loire), commune habitée par mes ancêtres PEYRON au XVIIIe et XIXe siècle. Il s’avère que ces notes, couplées à mes recherches en ligne dans les Archives Départementales et l’étude patrimoniale de la commune m’ont apporté une quantité de renseignements sur cette famille, que je vous propose de découvrir ci-dessous. Pour chaque individu, j’indiquerai en gris et en italique les informations récoltées correspondantes.

Généalogie

L’ancêtre commun à cette étude, et premier porteur connu du patronyme est PEYRON Jacques (1708-1775), journalier et laboureur, marié à Jeanne LARMIER (1714-1763). Le patronyme PEYRON s’est rapidement répandu dans la commune grâce aux naissances majoritaires de garçons et à une forte endogamie géographique. Lire la suite