Étienne Malécot, la suite !

En mai 2015, j’effectuais une enquête la plus complète possible sur un poilu qui m’était jusqu’alors totalement inconnu,  le dénommé Étienne Marius Alban MALÉCOT, mort pour la France le 23 septembre 1918.

Presque un an après mon enquête, plusieurs membres de la famille me contactèrent. Après quelques échanges fort sympathiques, ils eurent la gentillesse de me transmettre deux photographies de leur grand-père.

Sur la première, Étienne pose, endimanché, pour une photo hélas non datée. Tout de même, quelle émotion de découvrir le visage d’Étienne après ces journées de recherche sur son cas !

Étienne MALÉCOT, photo non datée (© Archives Famille Malécot)

Étienne MALÉCOT, photo non datée (© Archives Famille Malécot)

Lire la suite

Des bords du Cher jusqu’à Mayence, en passant par Salonique

Voici l’histoire de Georges Félix GUÉNIN (1881-1948), un poilu qui aura vu du pays. Il est le sosa n°16 de mes enfants, autrement dit leur arrière-arrière-grand-père, côté paternel cette fois.

Carte d'identité de Georges Guénin (archives familiales)

Carte d’identité de Georges Guénin (archives familiales)

Il est né le 25 février 1881 à Mennetou-sur-Cher, dans le Loir-et-Cher (41), à “l’Auberge de l’Étoile”.

Carte postale ancienne, Mennetou-sur-Cher (Loir-et-Cher), Pont du Canal et Porte de Ville. (source : AD41)

Carte postale ancienne, Mennetou-sur-Cher (Loir-et-Cher), Pont du Canal et Porte de Ville. (source : AD41)

Il est le deuxième d’une fratrie de trois garçons, l’un né en 1878, Auguste Alfred, l’autre en 1887, Maxime Adolphe.

Ses parents, Honoré Auguste GUÉNIN et Adolphine Rose RÉGENT sont propriétaires cultivateurs à Thénioux; (18), village situé dans un autre département mais distant de Mennetou-sur-Cher d’à peine 5 km, en amont de la rivière.

Carte générale de la France. 010, [Bourges]. N°10. 48e (Cassini), 1761 (source : Gallica)

Carte générale de la France. 010, [Bourges]. N°10. 48e (Cassini), 1761 (source : Gallica)

Lire la suite

Soldat PUPIER : 7 années sous les drapeaux, et après ?

Les commémorations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale nous imposent à tous un devoir de mémoire. Le devoir de ne pas oublier les 1,3 million de Morts pour la France, ainsi que les 639 fusillés pour « désobéissance militaire ». Mais je souhaiterais également que l’on ait une pensée pour tous ceux qui en sont revenus, blessés (4 millions), ou pas, mais en aucun cas indemnes.

Ainsi, je voulais aujourd’hui retracer le parcours d’un poilu à priori “lambda”, ayant participé à la Grande Guerre du premier au dernier jour, en étant revenu à priori sain et sauf… en bref, un soldat méritant également qu’on honore sa mémoire.

Un groupe de soldats du 12e BCA, présentant leur fanion, avec l'inscription "OUBLIER JAMAIS" (source)

Un groupe de soldats du 12e BCA, présentant leur fanion, avec l’inscription « OUBLIER JAMAIS » (source)

Lire la suite