Cartographiez vos ancêtres !

Tutoriel : réaliser une cartographie de ses ascendants avec Khartis

Aujourd’hui, je vous propose une nouvelle méthode pour créer une vue synthétique de la répartition géographique de vos ancêtres.

Personnellement, quand j’étudie la généalogie d’un individu, j’aime bien avoir une vision rapide de la répartition par département, une sorte de carte d’identité, très visuelle. Quelque chose comme la carte ci-dessous :

Carte de répartition de mes ancêtres réalisée avec OpenOffice

Carte de répartition de mes ancêtres réalisée avec OpenOffice

En 2014, j’avais déjà consacré un article à ce sujet : 5 méthodes pour réaliser une carte en généalogie. Je m’y replonge aujourd’hui pour vous proposer une nouvelle approche, plus simple et plus rapide.

Il s’agira d’extraire vos données (via des requêtes SQL, brrrr) puis de les afficher avec un outil cartographique très simple d’accès : Khartis. Lire la suite

Une année de généalogie

© 2015 Lulupop Photography by Whitney B.

© 2015 Lulupop Photography by Whitney B.

Aujourd’hui, 3 septembre, marque le premier anniversaire de mon blog.

C’est aussi l’anniversaire de mon retour à la généalogie, après des années de jachère. J’ai découvert à cette occasion le bonheur des archives numérisées et mon arbre s’est étoffé de dizaines de nouvelles feuilles.

Bien sûr, la généalogie est loin de n’être qu’une affaire de chiffres, je ne pratique pas la collectionnite d’ancêtres, mais enfin, après un an d’investigations, je prends plaisir à jeter un regard derrière mon épaule pour mesurer le chemin parcouru !

Voici donc le bilan chiffré de cette année passionnante. Lire la suite

Mon sosa 1000 : vive l’endogamie !

J’ai voulu moi aussi partir à la recherche de mon sosa 1000, une quête inspirée par Maïwenn et dont la fièvre s’est propagée à la blogosphère généalogique toute entière.

Je n’ai pas eu beaucoup à le chercher ce sosa 1000, car à vrai dire je le connaissais déjà. Il fait même partie d’une des branches que j’ai le plus étudiée puisque je remonte jusqu’à Henri SARDIN, sosa 16000 (excusez du peu !). Mais j’anticipe… Je disais donc que je le connaissais plutôt bien, ou du moins, c’est ce que je croyais, jusqu’à ce que j’explore sa vie en détail pour le bien de ce billet.

Et l’article biographique à rédiger (presque) les yeux fermés se révéla un céphalesque (j’assume ce néologisme barbare) sac de nœuds que j’ai réussi finalement à démêler, non sans mal…

Je vous présente donc mon sosa 1000 : Étienne SARDIN. Lire la suite