Une famille picarde au XIXe siècle – Épisode 3 : Le grand-père clerc laïc et la fille indigente…

Dans les deux épisodes précédents, je vous avais narré la vie de Louis Stanislas Hennequin, puis décrit le village de Vaux-sur-Somme grâce à la monographie communale. Je vais maintenant revenir en arrière, pour vous faire découvrir de quelle famille Louis Stanislas était issu.

LE GRAND PERE Gabriel Théodore HENNEQUIN (1740-1824)

Le grand-père, Gabriel Théodore HENNEQUIN, (sosa 208, génération 8), est qualifié, dans les différents actes officiels de sa vie, de fabricant de lin, d’arpenteur, et de clerc laïc.

Le métier de fabricant de lin 

Vers 1750, beaucoup de manouvriers se mirent à exercer la profession de fabricant de lin. Ils utilisaient un métier à tisser dans une des dépendances de leur maison. D’autres devinrent « fabricants » et « marchand de lin », à la fois producteur et négociant.

CPA : Beauquesne (Somme) – Le travail du lin – La Fileuse (source)

Lire la suite

Publicités

Une famille picarde au XIXe siècle – Épisode 2 : Le village de Vaux-sous-Corbie

Je vous avais narré le triste destin de Louis Stanislas HENNEQUIN, enfant sans père, apprenti meunier, décédé du choléra lors de la conquête de l’Algérie en 1837.

Avant de vous narrer mes trouvailles au sujet de sa mère et de son grand-père, je voulais dans ce présent article vous présenter le village de Picardie dans lequel vivait cette famille.

Vaux-sous-Corbie (de nos jours Vaux-sur-Somme)

Situé à 20 km à l’est d’Amiens, peuplé d’environ 300 habitants, le village de Vaux-sous-Corbie est renommé « Vaux-sur-Somme » en 1886.

cpa_vaux_etangs_barette

Carte Postale Ancienne : Corbie-Vaux-sur-Somme – Les Étangs de la Barette (source : Delcampe)

cpa_vaux_etang_et_ancien_moulin_2

Carte Postale Ancienne : Vaux (par Bray-sur-Somme) – Étang et ancien Moulin (source : Delcampe)

La monographie communale

Pour mieux connaître le village, j’ai eu l’idée de consulter la monographie communale rédigée à la fin du XIXe siècle.

Lire la suite

Une famille picarde au XIXe siècle – Épisode 1 : mourir à 23 ans en Algérie

Arbre simplifié des différents protagonistes. Stanislas, le héros, est en rouge. En bleu, son cousin germain, qui deviendra son tuteur.
En pointillés, ma lignée sosa. 

J’ai découvert, parmi mes collatéraux, le destin bien triste d’un jeune de 23 ans, mort du choléra, sous les drapeaux, pendant la conquête de l’Algérie en 1837.

Louis Stanislas HENNEQUIN est originaire d’un petit village de la vallée de la Somme, Vaux-sur-Somme, appelé à l’époque Vaux-sous-Corbie, à 20 km à l’Est d’Amiens. Lire la suite