Étienne Malécot, la suite !

En mai 2015, j’effectuais une enquête la plus complète possible sur un poilu qui m’était jusqu’alors totalement inconnu,  le dénommé Étienne Marius Alban MALÉCOT, mort pour la France le 23 septembre 1918.

Presque un an après mon enquête, plusieurs membres de la famille me contactèrent. Après quelques échanges fort sympathiques, ils eurent la gentillesse de me transmettre deux photographies de leur grand-père.

Sur la première, Étienne pose, endimanché, pour une photo hélas non datée. Tout de même, quelle émotion de découvrir le visage d’Étienne après ces journées de recherche sur son cas !

Étienne MALÉCOT, photo non datée (© Archives Famille Malécot)

Étienne MALÉCOT, photo non datée (© Archives Famille Malécot)

Lire la suite

Publicités

Enquête sur un soldat inconnu

Étienne Marius Alban MALÉCOT, Mort pour la France

Comme je l’ai déjà évoqué, je participe au challenge “1 Jour 1 Poilu” (#1J1P sur Twitter). Ce défi consiste à indexer quotidiennement un poilu Mort pour la France sur le site Mémoire des Hommes.

Chaque indexeur est libre de choisir son “angle d’attaque” : les poilus de son arbre, de son village, d’un certain régiment, portant un certain patronyme, etc. Personnellement, j’essaie de me concentrer sur les Morts pour la France de la subdivision de Montbrison (Loire), région d’où est originaire un grand nombre de mes ancêtres. Parfois, je m’autorise à papillonner et prends un soldat au hasard, puisque l’essentiel de toutes manières est de parvenir collectivement à TOUS les indexer…

Or, comme le souligne Jean-Michel Gilot dans son interview à la revue d’Histoire contemporaine En Envor, “transcrire n’est pas toujours seulement transcrire”. Au delà de l’aspect mémoriel, cela permet aussi, à nous autres généalogistes, de sortir un peu de notre zone de confort, de nous intéresser à d’autres aires géographiques, d’autres corps d’armées, d’autres milieux sociaux.

C’est dans ce contexte que mon chemin a croisé celui d’Étienne MALÉCOT, Mort pour la France le 23 septembre 1918. Pourquoi ai-je choisi de rendre hommage à celui-ci plutôt qu’à un autre ? Presque rien finalement. Le lieu de son décès (un hôpital militaire allemand) avait simplement aiguisé ma curiosité.

J’ai alors décidé de réaliser une enquête la plus approfondie possible sur ce soldat choisi (presque) totalement au hasard. Tenter l’exploration d’un maximum de pistes, au travers des ressources numérisées uniquement, afin de dresser une esquisse, sinon un portrait, de ce soldat. En somme, et avec une grande humilité, m’inspirer de l’expérience de l’historien Alain Corbin dans son ouvrage “Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot – Sur les traces d’un inconnu (1798-1876)”.

Fiche de Mort pour la France

Fiche “Mort pour la France” d’Étienne MALÉCOT sur le site Mémoire des Hommes (source)

Fiche “Mort pour la France” d’Étienne MALÉCOT sur le site Mémoire des Hommes (source)

Lire la suite

Mon sosa 1000 : vive l’endogamie !

J’ai voulu moi aussi partir à la recherche de mon sosa 1000, une quête inspirée par Maïwenn et dont la fièvre s’est propagée à la blogosphère généalogique toute entière.

Je n’ai pas eu beaucoup à le chercher ce sosa 1000, car à vrai dire je le connaissais déjà. Il fait même partie d’une des branches que j’ai le plus étudiée puisque je remonte jusqu’à Henri SARDIN, sosa 16000 (excusez du peu !). Mais j’anticipe… Je disais donc que je le connaissais plutôt bien, ou du moins, c’est ce que je croyais, jusqu’à ce que j’explore sa vie en détail pour le bien de ce billet.

Et l’article biographique à rédiger (presque) les yeux fermés se révéla un céphalesque (j’assume ce néologisme barbare) sac de nœuds que j’ai réussi finalement à démêler, non sans mal…

Je vous présente donc mon sosa 1000 : Étienne SARDIN. Lire la suite

Qui a volé la Vierge miraculeuse de Chalain-le-Comtal ?

Voici la suite des aventures de mes ancêtres PEYRON à Chalain-le-Comtal (Loire) avec cette histoire tout à fait insolite.

Résumé des épisodes précédents :

  1. L’aubergiste et le curé
  2. La famille Peyron à Chalain-le-Comtal
  3. Le cahier de doléances

Le village de Chalain-le-Comtal, dans la plaine du Forez, est situé à 9 km de Montbrison. Le cimetière communal, désaffecté en 1743 puis remis en usage en 1883, abrite une chapelle qui sort de l’ordinaire : pendant le Moyen-Âge et jusqu’au XIXe siècle, un pèlerinage y amène de nombreux fidèles1. Ils viennent demander à Dieu, par son intercession et celle de saint Guy, la guérison des enfants épileptiques, en retard pour marcher… On fait aussi la lessive des enfants malades dans une source proche. Sa construction date des débuts du XIIIe siècle.

Chapelle de Notre-Dame des Anges, Chalain-le-Comtal  (Illustration : Roger Faure, source : Supplément au n°63 de Village du Forez, 1995)

Chapelle de Notre-Dame des Anges, Chalain-le-Comtal
(Illustration : Roger Faure, source : Supplément au n°63 de Village du Forez, 1995)

Lire la suite

Le cahier de doléances de Chalain-le-Comtal

  1. L’aubergiste et le curé
  2. La famille Peyron à Chalain-le-Comtal
  3. Le cahier de doléances
  4. Qui a volé la Vierge miraculeuse de Chalain-le-Comtal ?

Voici un extrait du cahier de doléances de la commune de Chalain-le-Comtal dans lequel mon ancêtre Claude PEYRON (1745-1792), sosa n°504, apparaît :

Cahiers de doléances de la province de Forez

députés de Chalain-le-Comtal : Claude Péron, Jean Recorbet, laboureurs

dans le PV de l’Assemblée préliminaire du Tiers-Etat de Montbrison du 9 mars 1789. Lire la suite